Critiques, commentaires et discussions autour du livre, ici et là

Lylia le 16 novembre 2021, ici

Reçu ce matin et déjà dévoré !
Merci à Ella pour ce récit de son parcours empreint de simplicité et qui met en lumière ce que la polyamorie à de plus beau à offrir, tant au niveau personnel que relationnel, dans l’ouverture à soi et aux autres.
J’espère vivement un tome 2, l’evocation des « questions périphériques importantes » est alléchante et donne envie.

Bonheur, le 21 novembre 2021, ici

Lecture aisée et le livre est court (enfin pour quelqu’un qui lit volontiers). Je suppose que certaines personnes découvriront. C’est un témoignage. Je ne me retrouve pas du tout. Ma personnalité et mon vécu étant tellement différents. Mon entourage aussi, je pense.

rôme24, le 22 novembre 2021, ici

Bonjour a tous. J’ai dévoré le livre en quelques heures. Merci pour ce beau récit. Magnifique témoignage, plein d’enseignements pour moi qui aspire a vivre en polyamoureux.

soeurcierelitteraire, @instagram, le 22 novembre 2021

« Du temps et des mots » est le premier ouvrage de @akaeditions.fr J’aimerais d’abord insister sur la qualité du livre, du papier, de la mise en page bicolore… et sur les thématiques audacieuses abordées. Cette maison d’édition est à suivre.

❤️ C’est donc de polyamour que parle ce témoignage d’@ellasilloe, écrit sous pseudonyme. Elle y raconte son rapport avec cette manière de vivre ses relations romantiques et sexuelles, une trajectoire possible mais pas forcément représentative de tou•te•s les polyamour•eux•ses. C’est l’un des rares récits disponibles en librairie sur les amours plurielles.

❤️ À titre personnel, je suis célibataire volontaire, très exclusive. Sentiments et désir sont indissociables chez moi et je les ressens très rarement pour quelqu’un•e. Ce livre m’a donc fait sortir de ma zone de confort et a créé une tension chez moi, étourdie par les liens que l’autrice crée avec plusieurs personnes alors que je suis personnellement bien en peine (d’avoir envie) de construire quelque chose avec une à la fois.

❤️ Ce qui rend ce témoignage singulier c’est l’approche honnête que fait Ella Silloë de la polyamorie : entre utopie et réalité, elle confronte ses attentes avec la réalité des relations humaines et tout ce qu’elles impliquent de bonheurs et désillusions. J’ai été étonnée de la place occupée par la jalousie car je la pensais étrangère au polyamour. Il est très difficile de se déconditionner d’un tel sentiment.

❤️ Je mentirais en disant que cette lecture a complètement changé ma vision du polyamour. Mais j’accepte de ne pas tout comprendre et que ce mode de vie n’est pas pour moi mais convient à d’autres. « Du temps et des mots » est une jolie fenêtre ouverte sur des moments d’intimité qui ne m’ont pas laissée indifférente et me poussent à m’interroger sur mon rapport aux autres et à la manière dont la possessivité s’invite dans mes relations.

📚 « Finalement, je comprenais que c’était par le choix de l’exclusivité dans mes relations affectives que j’avais jusque-là validé leur caractère amoureux. En posant la non-exclusivité affective, il me faudrait trouver d’autres biais pour valider le caractère particulier et unique d’un lien. »

Bequelune, le 23 novembre 2021, ici

Du temps et des mots est le premier livre publié par A•K•A  éditions, c’est aussi le premier signé Ella Silloë. Il raconte le récit à la première personne d’une femme rompant d’une relation exclusive pour découvrir les multiples aspects des relations plurielles.
Un mot sur l’objet-livre en lui-même, d’abord. Pour un premier bouquin, d’une maison d’édition qui me semble avoir de petits moyens, je suis agréablement surpris par la qualité. le papier cartonné de couverture est agréable, la couverture est simple mais belle, la mise en page intérieure est à la fois sobre et élégante. Des points de couleur à l’intérieur, ici et là, sont autant de détails qui peuvent partirent superficiels mais qui embellissent le livre. le puriste regrettera plusieurs « veuves et orphelines » qui auraient aisément pu être enlevé, mais dans l’ensemble signalons une belle édition de A•K•A qui donne envie de suivre les prochaines parutions.
Le contenu, ensuite. du temps et des mots vient probablement remplir un vide dans les écrits sur le polyamour. Si l’on trouve de nombreux guides, dont les cultes Guide des amours plurielles et La Salope éthique, quelques romans traitant plus ou moins directement de la question, je crois que je n’avais jamais vraiment lu de témoignage. En livre, je veux dire. Car il y a le site polyamour.info, et quelques blogues, qui peuvent jouer ce rôle en publiant de nombreuses petites histoires personnelles ; mais enfin les témoignages y sont forcément plus courts, condensés, incomplets. Ici, le livre, même court, permet d’aller dans un niveau de détails et de réflexions bien plus intéressant.
À la lecture des premières pages, j’avoue que j’étais un peu sceptique. Je me demandais justement ce que pouvais apporter un témoignage. Après tout, je connais à peu près bien le milieu poly, ses joies et ses limites, et je me demandais ce qu’une histoire singulière pouvait m’apprendre de plus. Et puis, comme le bouquin est écrit d’une plume agréable, qu’il ne cherche pas à faire plus que raconter une histoire personnelle en étant le plus honnête possible quand aux émotions et réflexions vécues, je me suis pris au jeu. Les chapitres se sont enchainés et j’ai lu l’intégralité de ce livre rapidement. J’ajoute que l’équilibre entre le « trop en dire » / « pas assez raconter » est bien dosé. C’était sans doute un point délicat lors de l’écriture, décider ce qui est intéressant ou qui révèle du pur exhibitionnisme… le pari est réussi sur ce point.
L’intérêt principal du livre est que la narratrice va traverser plusieurs « configurations » relationnelles : couple exclusif, infidélités, relation à distance, célibat libertin, anarchie relationnelle, couple ouvert et hiérarchique… Bref, je suppose que la plupart des poly peut se retrouver à un moment où l’autre dans le bouquin. Et même si ce n’est pas le cas, cela n’empêche en rien de passer un agréable moment car la lecture est agréable et assez rapide. On voit bien l’évolution d’un personnage, on comprend que le polyamour (comme toute autre mode relationnel en fait) est une aventure jamais terminée.
Je mets donc un 4/5 pour ce livre qui m’aura positivement surpris, et pour la qualité de cette première publication.

amourspluriellespodcast, @instagram, le 23 novembre 2021

Aujourd’hui j’ai dévoré le livre d’@ellasilloe sur son cheminement dans la polyamorie.

Si vous vous souvenez bien, Ella paraît dans un des épisodes avec sa métamour Patricia sur le prendre soin dans les relations métamoureuses. Episode qui avait marqué un bon nombre d’entre vous.

Super fière d’elle et des éditions @akaeditions.fr 💕

A découvrir !

L., le 24 novembre 2021

Passionnant, ça m’a fait énormément réfléchir, je trouve ça tellement beau et intellectuellement au dessus de toutes les réflexions possibles en société. Si tu parles de cela, tu passes pour une fille facile. Ça rassure de lire ce livre.

S., le 25 novembre 2021

Je prends conscience que ma vie durant les précédentes années étaient plutôt pauvre… Il faut que je m’enrichisse de nouvelles expériences diverses et variées…vivre pleinement…

E., le 27 novembre 2021

Captivant. Dérangeant. Bousculant. […] Je pensais peut-être trouver des réponses dans ce livre, j’ai surtout trouvé des questions.

M., le 28 novembre 2021

[…]Je trouve que tout est raccord, couverture, texture, typo, contenant comme contenu vont si bien ensemble. C’est beau !!J’ai lu d’un trait, sourires qui se bagarraient avec des ressentis de tendresse, d’identification au vécu. Questionnements passés et à venir. J’ai trouvé ton récit touchant, il déborde de sincérité et bienveillance. Wow !

SEb , 28 novembre 2021 que l’on retrouve aussi ici

« C’est l’histoire, le témoignage, d’un chemin parcouru pour arriver à une vie polyamoureuse heureuse. C’est une histoire, et une histoire de questionnements, d’explorations et surtout de rencontres. De rencontres variées et largement heureuses (ou au moins instructives) ce qui fait que ça se lit aussi comme une galerie de personnages, d’instants et de situations amoureuses. Ce qui donne un ton enjoué et joueur fort agréable et tout à fait en lien avec le propos Et c ‘est donc un cheminement, une découverte et un changement de manières de faire et de penser progressif qui ceci dit se fait sans grandes hésitations ni grands heurts dans le cas présent (et : tant mieux en fait). En tout cas c’est assez peu montré et développé, c’est un témoignage de parcours qui se passe facilement comme je disais. Il n’a pas vocation à traiter plus largement ou à généraliser. C’est réjouissant et, en encouragent, ça témoigne de ce qui est possible, sans faire trop prosélyte ou publicitaire. Et c’est d’autant plus agréable à lire que c’est vraiment bien écrit, aérien et fluide. Et le livre est beau aussi, physiquement. C’est une très bonne chose que d’avoir ce type de témoignage joyeux et agréable à lire en plus d’ouvrages plus politiques et plus pratiques. Alors bravo à l’autrice 😉 »

Jwest, le 1er décembre 2021 ici aussi

Pour celleux qui se posent des questions sur leur orientation relationnelle, voici un témoignage profond et intime sur une expérience polyamoureuse. le récit ne se veut pas universel, mais je pense que tou.te.s les polyA se reconnaîtront dans certains passages!
Un seul point négatif: ça se lit trop vite 🙂

E., le 2 décembre 2021

Et bien moi j’ai adoré le lire et je l’ai dévoré en 2 soirées 🥰. C’est fluide, bien rythmé. On comprends bien le cheminement qui a conduit la narratrice là où elle est à la fin du livre. J’ai bien aimé la douceur, la bienveillance et le non jugement aussi. Le fait de donner un nom aux chapitres j’ai trouvé ça super aussi car ça attise la curiosité 😉. Bref bravo et merci pour la dédicace de l’autrice ❤️

PatDo le 4 décembre 2021

Merci à Ella de nous offrir en partage son parcours de vie. 
Ella et moi nous sommes amies depuis quelques années, et j’ai pu, au fil de l’écriture de son livre, par petits moments, être la témoin privilégiée de l’avancée de ses écrits, de ses difficultés liées à cette écriture sous le format d’un livre à éditer, de sa légitimité d’en témoigner ainsi, de celle aussi de «raconter» quelques unes de ses relations, des plus jolies et toutes simples, au plus difficiles et confrontantes, de n’avoir eu de cesse d’essayer de décrire toute la complexité de sa vie, de son cheminement atypique, hors des clous.  
J’ai été aussi, un temps, la métamour d’Ella, et bien que ma relation avec son compagnon de vie se soit terminée, nous avons su, elle et moi, faire le boulot nécessaire, pour ne pas nous perdre, et garder vivante notre amitié et nos complicités.  
J’ai aussi beaucoup apprécié, qu’avant d’éditer, elle ait pu partager, avec les personnes dont elle parle dans son livre, les passages qui les concernent, quitte à modifier si besoin certains mots ou passages à leurs demandes, elle tenait à ce que les personnes qui pouvaient se reconnaître,soient consentantes d’être citées.  
C’est un livre-témoignage qui décrit, très certainement, le parcours de beaucoup de personnes concernées par cette évolution de vie de mono à poly.
Une succession de prises de conscience, des différents modes relationnels et d’orientations sexuelles, pour soi déjà, pour une vie meilleure, de plus en plus assumée et choisie, éthique !
C’est tout ça qui est joli dans ce livre.  
Personnellement je n’ai pas vécue dans la forme ce dont témoigne Ella, et pourtant par moment, cela a fait un peu écho en moi, au travers de quelques uns de ses mots, de sa façon de poser des mots pour tenter de décrypter et d’expliciter ses émotions, ses réflexions, ses joies, ses erreurs et ses doutes.  
Son livre est pour moi, une histoire commune, qui relie, à un moment ou à un autre, quelques-unes des personnes qui l’ont côtoyé de près,ou de loin.C’est aussi une histoire commune qui nous relie, nous toustes qui liront ce livre,  à un moment donné ou à un autre, à des choix cruciaux auxquels nous devons, ou avons dû,faire face, pour, par exemple, juste être au plus près de ce que l’on ressent de juste pour soi, rester en vie et dans l’envie.    
Elle relate ses tentatives de recherches, comme celle d’être soi-même (soi-s’aime), et quand joue t’elle un rôle ? Que ce soit pour elle, ou pour quelques autres ?
S’il lui est difficile parfois de répondre à ces questions, par moment sa réalité, sa recherche d’authenticité et de sens, nous emmène, et avec elle, loin de nos propres principes, comment être fidèle à ses aspirations, à ses désirs, c’est cela pour elle, être authentique. L’authenticité, en ce sens, est pour moi éthique. Elle a une responsabilité envers elle-même, et envers nous-mêmes, de ne pas se mentir, de ne pas nous mentir.  
C’est un beau livre, tout doux en main et agréable à regarder de partout. L’écriture est simple et fluide, je l’ai lu d’une traite dès que je l’ai reçu.  
La fin me laisse penser à une suite, sans aucun doute. 
Et j’ai aussi aimé rester sur ma faim  
Lili-Lutine/ Patricia

Lau93, le 5 décembre 2021 ici

J’ai beaucoup aimé lire ce livre , et le prêter à mon amoureux pour en parler ensuite.Un beau témoignage qui permet de comprendre le cheminement qui à mené l’auteure à comprendre son éthique relationnelle et comment la mettre en œuvre avec ses amoures plurielles, émouvant et mouvant. A lire et partager dés lors qu’on se questionne sur les limites du modèle monogame exclusif.

mesamoursplurielles, @instagram, le 7 décembre 2021

Les éditions Aka ont eu la gentillesse de m’envoyer ce livre, dont le sujet ne pouvait que m’intéresser. Je l’ai parcouru d’une traite avant-hier soir.

Après l’avoir lu je me disais que j’aimerais beaucoup faire la connaissance de l’autrice, tant nos parcours sont semblables.

Je me suis vraiment retrouvée dans le cheminement de cette quadragénaire qui raconte comment le polyamour est entré dans sa vie, tous les questionnements auxquels elle a dû faire face, toute l’intelligence émotionnelle que cela nécessite, tous les bouleversements qui en découlent.

J’ai beaucoup aimé la façon dont elle raconte comment les hommes vont et viennent dans sa vie sans jamais quitter son cœur. Par ailleurs, elle montre bien comment la théorie de l’horizontalité des relations, surtout amoureuses, demeure complexe. Il ne s’agit pas d’aimer chacun de façon équitable, mais d’accueillir chaque relation dans ce qu’elle a d’unique, de beau et d’enrichissant.

Je vous recommande chaudement la lecture de ce livre si vous vous posez mille questions et que vous cherchez autre chose que des ouvrages théoriques. Je suis absolument convaincue de l’importance de textes comme celui-ci, qui raconte une expérience vécue plutôt que de chercher à analyser à outrance les raisons qui nous poussent à vivre de cette façon, quand en réalité il n’y en a qu’une seule : c’est ainsi que nous sommes, tout au fond de nous. C’est ainsi que nous aimons.

Merci infiniment à Ella Silloë pour ce si joli témoignage, et ce parcours bouleversant.

Alfr, le 11 décembre 2021 et aussi ici

« Lire, écrire, éditer, vivre sont des actes politiques en soi. Une manière de trouver sa place dans la cité, d’interagir avec ses semblables, de questionner le champ des possibles, de sans cesse se réinventer, individuellement et collectivement ». Ce message des éditeurs Aka résume brillamment la portée de ce tout premier livre de l’auteure et de cette jeune maison d’édition.
« du temps et des mots » est un essai autobiographie d’Ella Silloë qui pousse tout un chacun à questionner son propre rapport aux autres et à la société. À travers ses découvertes du polyamour (le sous titre »un chemin vers la polyamorie » est très expressif), l’auteure a cette qualité fine et rare de nos jours, de dresser un bilan de ses conclusions tirées au fil de ses recherches et expériences sans avoir la volonté de montrer que c’est le seul et unique chemin de l’épanouissement personnel. Ainsi, elle montre que cette route empruntée n’est pas la plus évidente car elle nécessite de nombreuses réflexions autour de ce qui peut blesser l’autre, de ce qui peut ne pas être accepté. D’où ce titre »du temps et des mots« .
On le comprend, le dialogue est nécessaire à cette façon de vivre. Là où cet essai tire sa force selon moi, c’est qu’il n’est pas seulement destiné aux polyamoureux. Je pense qu’il est une chance, une nécessité même d’ouverture aux réflexions inhérentes à chaque nouvelle rencontre. Les maux les plus douloureux dans chaque relation sont bien les non-dits. Il nous rappelle que le choix de la fidélité est bien sûr une construction sociétale mais pas forcément un choix de vie. Aujourd’hui, il est temps de reconnaître toutes ces possibilités amoureuses et quoi de mieux que ces mots, tendrement couchés sur le papier (d’une très bonne qualité il faut le souligner). L’auteure nous conte son parcours simplement, y souligne les différentes étapes qui l’ont conduit à s’ouvrir, à accepter, à rechercher et à s’unir à une communauté. Merci à cette auteure de partager son parcours et aux éditions Aka de nous permettre de le découvrir.

C., le 3 décembre 2021

Merci pour cette belle lecture. J’ai bien aimé relire et revivre des moments de ma vie sexuelle et affective. C’est incroyable ce que nous pouvons vivre ! Et nous ne sommes pas seules. 
C’était délicieux.

A., le 13 décembre 2021

On peut dire que le livre m’a captivée !!! Malgré un quotidien débordant, je viens de le finir. J’ai adoré ! Merci beaucoup et bravo . J’ai aimé comme tu nous embarques dans ton quotidien, dans ton intimité, dans tes questionnements et ton cheminement. Bien sûr je me suis retrouvée dans certains. Vivement la suite.

Polyamour_euse, @instagram, le 16 janvier 2022

Du temps et des mots, un chemin vers la polyamorie de @ellasilloe est un témoignage juste et touchant. Je l’ai lu d’une traite. L’écriture est hyper fluide et j’ai eu l’impression de lire un roman, avec l’envie de découvrir derrière chaque page quelle prochaine aventure amoureuse ou réflexive notre héroïne allait vivre.

Et bien au delà de l’excitation de lire son parcours, on s’identifie facilement à son vécu, à ses questionnements, ses doutes, ses tâtonnements.

Ce livre n’est ni une leçon d’éthique, ni un guide du polyamour, ni un essai politique sur les enjeux relationnels dans notre société, il est un témoignage sincère qui fait du bien dans l’humanité et la vulnérabilité dont l’autrice fait part.
Et ça fait du bien! Juste un témoignage, sans chichi, sans chercher à convaincre, sans chercher à plaire à la communauté.

L., le 15 février 2022

J’ai reçu ce matin ton bouquin, et je l’ai dévoré de suite dans l’heure ! Ça se lit comme du petit lait. Avec délectation.
C’est super bien construit, sans méandres, ni circonvolution, on te suit d’un bout à l’autre sans te lâcher à aucun moment.
Merci beaucoup pour ce récit, il est nécessaire, et j’espère qu’il va ouvrir le chemin à bien d’autres ouvrages littéraires sur ce thème…
Je me suis bien reconnu à pleins de moments. Ça fait plaisir.
Je pense que je vais offrir ce livre à pas mal de monde !
Au plaisir de te croiser peut être un jour.
L.

Maellelian, le 26 février 2022, ici

Je dois préciser que je m’intéresse très peu aux non-fictions parce qu’elles me touchent rarement ; souvent trop généralistes à mon goût et qui ont peu d’écho en moi (en particulier les livres « feel-good »).

D’où ma surprise de me sentir totalement embarquée par Ella Silloë ! D’une part, le thème m’inspire particulièrement, étant moi-même une fervente adepte de la non-exclusivité, quel qu’en soit le domaine. D’autre part, l’auteur nous livre son expérience, son parcours, ses doutes, ses questionnements, ses émotions, sans pour autant tenter de nous guider vers un chemin qui ne serait pas le nôtre et ce point est, pour moi, l’énorme atout de ce livre. le respect, dont elle parle beaucoup, vise également ses lecteurs. Je n’ai jamais ressenti une telle liberté d’adhésion ou non aux propos d’un auteur de ce type de livre. Il est vrai que, comme je le signalais, j’en lis assez peu, mais précisément parce que les rares livres « non-fictions » sur lesquels je me suis penchée avaient tendance à m’offrir une pensée trop générale, « passe-partout », unique (donc d’une certaine façon exclusive) plutôt qu’une (ou plusieurs) proposition(s) dans laquelle (ou lesquelles) je pouvais (ou pas) me retrouver sans me sentir en marge.
Un beau témoignage, plein de sensibilité et d’intelligence, de respect de soi et des autres, qui, cerise sur le gâteau, est très bien écrit.

Un énorme merci à Ella Silloë, à Masse Critique et aux éditions Aka pour ce magnifique ouvrage.

EmmaHG, le 28 février 2022, ici

Je referme cette première publication et d’Ella Silloë et de l’éditeur a.k.a avec une sensation de douceur, de bonté, de plaisir et de générosité. Cet essai traite du polyamour. L’auteur expose son évolution de la relation de couple, normale, dans notre société judeo-chrétienne, à celle de polyamours. Avec pudeur elle fait part de ses expériences, de ses doutes, de ses réflexions sur la liberté et le respect de l’autre dans le couple. L’histoire est à suivre car il me semble bien qu’il y ait un fossé entre la théorie et la pratique. le livre s’achève avec l’expérience de l’auteur, il ne s’agit pas d’un travail de recherche à partir d’un échantillon représentatif.. le polyamour finalement est un non-choix, un refus de s’engager qui condamne les adeptes à des tortures sentimentales à vaincre en permanence. Comment ne pas être assailli par la jalousie? le manque? Je comprends qu’il faille se déconstruire, réfléchir aux barrières liées à son éducation mais le couple stable, quand il est heureux, ne permet-il pas de construire, de s’enrichir, d’assurer la protection des enfants? le livre a le mérite de susciter la curiosité et d’inviter au débat. de plus, il est beau, sobre, de qualité, d’un format idéal (taille, poids), j’ai pris plaisir à le manipuler. Merci à Babelio de m’avoir permis d’élargir mon horizon avec cette belle découverte.

sororithèque, @instagram, le 6 mars 2022

« Finalement, je comprenais que c’était par le choix de l’exclusivité dans mes relations affectives que j’avais jusque-là validé leur caractère amoureux. En posant la non-exclusivité affective, il me faudrait alors trouver d’autres biais pour valider le caractère particulier et unique d’un lien. »

📖 Extrait du premier livre d’@ellasilloe, « du temps et des mots, un chemin vers la polyamorie », publié en 2021 chez @akaeditions.fr.

💛 Dans ce récit très intime, Ella Silloë retrace son parcours vers le polyamour.
Pas dans l’optique d’en faire un guide pratique, mais pour mettre en lumière ce mode relationnel, peu représenté et trop souvent caricaturé.
C’est un récit concret, celui d’une femme de 39 ans, travailleuse sociale, mère de deux enfants.
Celui d’une femme qui souhaite s’épanouir pleinement sur le plan sentimental.
Pour autant, l’autrice ne cherche pas à idéaliser la polyamorie. Et c’est avec beaucoup de sincérité qu’elle nous fait part des difficultés rencontrées.

💡 A l’heure où les féminismes remettent sur la table la question de l’amour, il me semble intéressant, en parallèle de lectures plus théoriques, de se nourrir de témoignages sur cette thématique.
Parce qu’il véhicule d’autres représentations, le livre d’Ella Silloë fait partie de ces textes qui invitent à réfléchir sur notre façon de vivre nos relations.
Nos choix amoureux reflètent-ils réellement nos désirs profonds ?
Ne sont-ils pas dictés par la société dans laquelle nous vivons ?
(…Vous avez 3 heures.)

👉 Ce livre s’adresse aux (futur.e.s) polyamoureux.ses, mais pas que ! N’ayant personnellement jamais expérimenté ni même envisagé les amours plurielles, il n’empêche que je ne cesse de m’interroger sur le poids des normes.

🌼 C’est un récit très accessible, d’une grande douceur, qui m’a donné envie de réécouter tous les épisodes de @lecoeur_surlatable, le podcast de @vtuaillon.

🙏 Je remercie @akaeditions.fr de m’avoir permis de découvrir ce titre en service presse.

IdeeLivres le 6 mars 2022, ici

L’autrice nous offre ici un témoignage authentique sur ses déboires amoureux et sa recherche d’amour vrai et de paix dans le couple. A travers un style simple, elle nous emmène avec elle dans ses différentes expériences qui suscitent une série de questions et un ré-ajustement permanent pour être davantage à l’écoute de ses besoins et ceux des hommes avec qui elle entre en relation.

Un récit intéressant, mais avec un petit bémol: elle a l’air de faire constamment des rencontres avec des hommes doux et sensibles, alors que l’on sait que dans la réalité, nous connaissons souvent des moments plus calmes, mais aussi des rencontres avec des personnes moins bien intentionnées ou peu équilibrées. Elle a l’air de vouloir présenter le polyamour sous sa facette la plus positive, ce que je peux comprendre, mais cela déforce quelque peu son argument sous-jacent.